Abbott, fossoyeur de la recherche anti-VIH, se paie au prix des vies humaines

A l’occasion de la 11e CROI (Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections) qui se déroule du 8 au 11 février 2004 à San Francisco (Etats-Unis), les activistes français dénoncent le racket organisé par les laboratoires Abbott.

Connaissez-vous la dernière innovation des laboratoires Abbott ?

Multiplier par 5 le prix du ritonavir (Norvir) aux Etats-Unis, un médicament commercialisé depuis 1996. La gélule de 100 mg, hier de 2,14 $, coûte aujourd’hui 10,72 $. Du jamais vu ! Le prix du Norvir aux Etats-Unis n’a actuellement plus aucun lien avec sa valeur thérapeutique réelle.

Pour quelle raison ?

Pour profiter de manière éhontée d’une situation de monopole ! Pour donner au Kaletra (lopinavir/ritonavir), dont le prix n’augmente curieusement pas, un avantage financier sur ses principaux concurrents, inhibiteurs de protéase (IP) actuels ou à venir, administrés en association avec le ritonavir (atazanavir, fosamprénavir, tipranavir...). La stratégie commerciale est bien éprouvée : puisque son pipeline est asséché, Abbott s’applique à laminer la concurrence ! ...Et fait régler la facture aux personnes atteintes par le VIH.

Face à la décision obscène des laboratoires Abbott,

les activistes français réunis au sein du groupe inter-associatif TRT-5 ressentent une violente sensation de dégoût. Comment peut-on prendre ainsi des malades en otage, à l’heure où les programmes d’assistance médicale américains sont exsangues, où existent déjà des listes de personnes en attente de traitement, où des patients migrent vers le Canada pour accéder aux médicaments qu’ils ne peuvent se payer aux Etats-Unis ?
Nous craignons également que la flambée du prix de Norvir ne dissuade les firmes d’investir dans le développement de nouveaux IP. Quelle place pourraient-ils acquérir sur un marché déjà saturé ? Les grands perdants de l’affaire seront les malades ayant épuisé toutes les solutions thérapeutiques à leur disposition. Grâce aux manoeuvres d’Abbott, le cynisme et le sida auront gagné la bataille.

Sur la voie du racket mondial ?

Enfin, Abbott nous promet, pour 2005, une nouvelle formulation du Norvir dont le prix devrait, selon la firme, être proche du prix désormais fixé aux Etats-Unis. Nous redoutons qu’Abbott ne profite de la commercialisation de cette nouvelle formulation, qui concernera les Etats-Unis mais aussi l’Europe, le Canada, etc., pour négocier, dans le monde entier, un nouveau prix beaucoup plus élevé que celui de l’ancienne version du Norvir. En ce cas, l’actuelle augmentation de prix dont souffrent les Etats-Unis ne serait qu’un “ galop d’essai ” avant la grande course au racket mondial.

La stratégie marketing à courte vue des laboratoires Abbott cache mal la déroute d’une firme dont la recherche-développement s’épuise et qui redoute pathologiquement la concurrence. Pour continuer à séduire (tromper ?) ses actionnaires, la firme s’abaisse aujourd’hui à se payer au prix des vies humaines.

Le TRT-5 s’associe à l’European Aids Treatment Group (EATG), ainsi qu’à l’Aids Treatment Activists Coalition (ATAC) pour dénoncer l’augmentation fulgurante du prix du Norvir et demander à Abbott de revenir sur sa décision. Le TRT-5 assure tous les patients américains de son sincère et profond soutien. Nous ne laisserons pas les firmes hypothéquer des vies pour “ acheter ” des places boursières.