Journée scientifique 2017

REVUE SCIENTIFIQUE - Cancer et VIH

Retrouvez dans cette revue scientifique, des articles reprenant le déroulé de notre journée scientifique qui s’est tenue le 8 juin 2017 "cancer chez les personnes vivant avec le VIH : mobilisons - nous ! "

EPIDEMIOLOGIE

1 - « Cancers chez les patients infectés par le VIH en France en 2006 : l’étude OncoVIH », Émilie Lanoy, Jean-Philippe Spano, Fabrice Bonnet, François Boué, Jacques Cadranel, Guislaine Carcelain, Louis-Jean Couderc, Pierre Frange, Pierre-Marie Girard, Éric Oksenhendler, Isabelle Poizot-Martin, Caroline Semaille, Henri Agut, Christine Katlama, Dominique Costagliola et le groupe d’études OncoVIH

Résumé : L’étude OncoVIH était une étude transversale de recueil prospectif des cancers diagnostiqués chez des patients infectés par le VIH entre le 01/01/2006 et le 31/12/2006. Les caractéristiques de l’infection à VIH et de la pathologie maligne au diagnostic du cancer, la survenue de décès et leur cause dans l’année suivant le diagnostic tumoral étaient recueillies. En 2006, deux tiers des cancers diagnostiqués chez les patients infectés par le VIH sont des cancers non classant sida

2 - « Évolution de la survie après un cancer chez les personnes infectées par le VIH. Résultats de la cohorte FHDH-ANRS CO4 » Hleyhel M, Belot A, Bouvier AM, Tattevin P, de Castro N, Salmon D, Simon A, Spano JP, Costagliola D, Grabar S, in Revue d’épidémiologie et de santé publique, Vol. 62, Suppl 4, 04/08/2014

Résumé : La survie s’est améliorée au cours du temps pour plusieurs des cancers étudiés. Pour les cancers les plus létaux, le cancer du foie et du poumon, les taux de survie à cinq ans dans la période la plus récente chez les personnes infectées par le VIH étaient proches de ceux observés dans la population générale en France en 2001-2004

3 - « Cancer et VIH », présentation de Jacques Olivier Bay, pour le CoreVih de Clermont-Ferrand, 24/01/2011

Résumé : Quelques éléments d’épidémiologie sur les cancers classant sida et non classant sida dans la Base de données hospitalière française sur l’infection à VIH (FHDH) de 1992 à 1995 et de 1996 à 1999

SPECIFICITES DES CANCERS CHEZ LES PVVIH

4 - « Prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH, recommandations du groupe d’experts, Rapport 2013 », Chapitre cancer

Résumé : Le chapitre concernant les cancers chez les PVVIH passe en revue l’épidémiologie des cancers classant sida ou non. D’après l’enquête Mortalité 2010 conduite en France, les cancers sont la première cause de décès chez les PVVIH. Les recommandations de prise en charge des PVVIH atteintes de cancer sont détaillées, ainsi que celles relatives au dépistage. La liste des cancers pouvant affecter les PVVIH donne lieu à des recommandations précises de prise en charge

5 - « VIH et cancer : une vigilance particulière », Kheira Bettayeb, Transversal n° 70, novembre-décembre 2013 -PDF

PDF - 72.9 ko

Résumé : Après la publication du rapport Morlat sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, l’article fait un état des lieux de l’épidémiologie, des recommandations liées au dépistage et évoque le projet de réunion de concertation pluridisciplinaire cancer-VIH nationale initiée par le Pr Spano (cf. cancervih.org->http://www.cancervih.org/

6 - « VIH : le cancer est devenu une cause majeure de décès depuis les HAART », Dr Isabelle Catala, Medcape juillet 2013

PDF - 265.6 ko

Résumé : Avec les traitements antirétroviraux, a émergé de la question de la mortalité par cancer non classant sida. L’auteur revient sur les différents cancers qui affectent les PVVIH et les traitements

7 - « Livret d’information Cancer et VIH », édité par le réseau CancerVIH, 2015

Résumé : Un outil d’information pour les PVVIH confrontées au cancer. Il évoque les différents traitements, leurs effets secondaires, la prise en charge de deux pathologies, les soins de supports, la recherche biomédicale et liste les réseaux cancer et VIH

8 - « La pneumocystose pulmonaire, pathologie inaugurale du sida la plus fréquente », Claire Criton, Sidasciences, 28/03/2012

Résumé : Cet article présente une description des pathologies inaugurales de sida les plus fréquentes, et leur évolution entre 2003 et 2010. La pneumocystose pulmonaire et la tuberculose sont les deux pathologies inaugurales de sida les plus fréquentes, devant le syndrome de Kaposi et les lymphomes non-hodgkiniens

CARCINOME HEPATO CELLULAIRE

9 - « Prise en charge thérapeutique et suivi de l’ensemble des personnes infectées par le virus de l’hépatite C, Rapport de recommandations 2016 sous la direction du Pr Dhumeaux (ANRS, CNS) »

Résumé : Le rapport répond à une demande de Marisol Touraine, ministre de la Santé, de permettre l’accès des nouveaux traitements de l’hépatite C à toutes les personnes infectées par le VHC. Il établit les recommandations pour le dépistage du carcinome hépatocellulaire.

10 – « Liver cancer risk reduced after hepatitis C treatment, but vigilance needed for aggressive cancers in months after treatment », Keith Alcorn, 14 novembre 2016, Aidsmap

Résumé : Cet article (en anglais) présente les études présentées au congrès 2016 de l’association américaine pour l’étude des maladies du foie (AASLD) qui montrent une réduction de risques des cancers du foie après traitement du VHC, tout en appelant à rester vigilant quant à la survenue de tumeurs malignes agressives chez certains.

11 - « Hépatite B chronique : prise en charge en France entre 2008 et 2011 », Corinne Pioche, Cécile Brouard, Stéphane Chevaliez, Laurent Alric, Patrice Couzigou, Elisabeth Delarocque-Astagneau, François Denis, Odile Goria, Dominique Guyader, Patrick Marcellin, Françoise Roudot Thoraval, Dominique Roulot, Christine Silvain, Jean-Pierre Zarski, Caroline Semaille, Christine Larsen, BEH n° 12, 13/05/2014

PDF - 212 ko

Résumé : L’InVs a mis en place un système national de surveillance avec des patients nouvellement pris en charge pour une hépatite B chronique dans les services experts en hépatologie. Entre 2008 et 2011, 3 672 patients ont été inclus, Une cirrhose ou un carcinome hépatocellulaire était diagnostiqué chez 11% des patients, avec une proportion plus élevée chez les patients coinfectés (VHC 41% ; VHD 32% ; VIH 31%). Les auteurs insistent sur l’information liée au dépistage, notamment pour les sujets les plus à risque

CANCER HPV

Cancer du canal anal

12 – « Cancer anal chez les sujets infectés par le VIH », Patricia Fener, Sidasciences, 9 juin 2011

Résumé : Cet article fait la synthèse d’une étude menée à l’hôpital Saint-Louis à Paris, qui fait état d’un surrisque pour les PVVIH face à ce cancer : la pathologie est dix fois plus élevée dans la population séropositive pour le VIH comparée à la population générale. De plus, les patients VIH+ présentant un cancer du canal anal ont une réponse aux chimiothérapies anticancéreuses et un taux de survie nettement moindres que les sujets non infectés par le VIH.

13 – « Cancer anal et VIH », Protocoles n° 73, Act up Paris, février 2013

Résumé : L’article fait un point sur la situation épidémiologique en France et aux États-Unis, et évoque une étude une étude américaine de 2012 sur l’augmentation de la prévalence de ce cancer chez les homosexuels VIH+, plus importante que chez les femmes VIH+.

14 – « Human papillomavirus genotype distribution in anal cancer in France : the EDiTH V study », Laurent Abramowitz, Anne-Carole Jacquard, Fatiha Jaroud, Julie Haesebaert, Laurent Siproudhis, Pierre Pradat, Olivier Aynaud, Yann Leocmach, Benoît Soubeyrand, Roger Dachez, Didier Riethmuller, Christiane Mougin, Jean-Luc Pretet and François Denis, Int J Cancer 2011 (en anglais)

Résumé : L’étude présentée ici analyse 366 cas de cancer anal suivis dans 16 centres français. Elle permet de montrer que le HPV 16 est le plus fréquemment rencontré en France, il est légèrement sous-représenté chez les personnes infectées par le VIH, alors que d’autres génotypes (HPV 18, HPV 51 ou HPV 68) y sont surreprésentés. L’étude questionne la vaccination anti HPV systématique qui vise le génotype HPV 16.

cancer du col utérin

15 – « Caractérisation des femmes ne réalisant pas de dépistage du cancer du col de l’utérus par frottis cervico-utérien en France », Stéphanie Barré, Marc Massetti, Henri Leleu, Nathalie Catajar, Frédéric de Bels, BEH n° 2-3, 24/01/2017

PDF - 285.4 ko

Résumé : L’Institut national du cancer a conduit une étude visant à caractériser les populations vulnérables et les femmes non participantes au dépistage du cancer du col de l’utérus, en amont de la généralisation du programme de dépistage organisé. D’autres études ont montré que les femmes atteintes de pathologies chroniques constituent un sous-groupe particulièrement à risque de sous-dépistage. Les auteurs préconisent des actions ciblées pour favoriser le recours du dépistage envers ces populations

16 – « Données épidémiologiques sur le cancer du col de l’utérus », Dr Nicolas Duport, État des connaissances, 2008, InVs

PDF - 780.8 ko

Résumé : Ce document dresse un état des connaissances (en mars 2008) sur le cancer du col de l’utérus : épidémiologie en France et sa position en Europe et dans le monde ; survie relative à 5 ans ; histoire naturelle depuis l’infection par un papillomavirus humain oncogène jusqu’au cancer invasif. Il présente également les recommandations et les résultats d’évaluation du dépistage en France ainsi que les recommandations pour les vaccins papillomavirus prophylactiques

17 – « Étude sur l’état de santé, l’accès aux soins et l’accès aux droits des personnes en situation de prostitution rencontrées dans des structures sociales et médicales »,Synthèse de l’Étude ProSanté 2010-2011, InVs

Résumé : Cette synthèse de l’étude ProSanté sur l’état de santé, l’accès aux soins et l’accès aux droits des personnes en situation de prostitution, montre que ces femmes sont dans un état de santé moyen, mauvais ou très mauvais, présentaient une vulnérabilité particulière sur le plan gynéco-obstétrical (faible prévention vis-à-vis du cancer du col de l’utérus). Les personnes transgenres étaient largement touchées par le VIH, avec une prévalence déclarée de 44 %.

KAPOSI, LYMPHOME NON HODGKINIEN, LYMPHOME HODGKINIEN

18 – « Lymphomes et infection par le VIH », Caroline Besson, journée nationale du réseau CancerVIH, 2016

Résumé : Présentation de l’épidémiologie des lymphomes chez les PVVIH, de la physiopathologie / anatomo-pathologie et des particularités cliniques. Présentation de la cohorte ANRS CO16 Lymphovir

19 – « Les lymphomes des patients infectés par le VIH, des entités à part entière », Claire Criton, Sidasciences, 15/11/2011

Résumé : Présentation des lymphomes, de l’évolution de l’incidence chez les PVVIH, avec une diminution de l’incidence des lymphomes non hodgkiniens et l’augmentation des lymphomes hodgkiniens. Recommandations de prise en charge.

20 – « US study shows importance of access to chemotherapy for HIV-positive patients with Hodgkin lymphoma », Michael Carter, Aidsmaps, 28/01/2016

Résumé : Une étude américaine révèle que les PVVIH diagnostiqués pour un lymphome hodgkinien avaient des taux de survie à 5 ans moindres que la population générale (66% versus 80%). Moindre accès à la chimiothérapie, moindre couverture en assurance santé sont les facteurs expliquant cette différence.

21 – « Good outcomes for people living with HIV diagnosed with Hodgkin’s lymphoma in France », Michael Carter, Aidsmaps, 26/08/2015

Résumé : Les résultats de la cohorte ANRS 2016 Lymphovir montrent qu’en France à l’ère des antirétroviraux, la survie des patients VIH atteints d’un lymphome ne diffère pas de cette des patients non VIH.

CANCER DU POUMON

22 – « La prise en charge des PVVIH atteintes de cancer bronchique », Armelle Lavolée, journée nationale du réseau CancerVIH, 2016

Résumé : Présentation de l’épidémiologie des cancers bronchiques chez les PVVIH, avec les facteurs de risques associés, les traitements, et des recommandations pour améliorer la prise en charge.

23 – « Stopping smoking cuts the risk of some cancers quickly in people with HIV », Keith Alcorn, Février 2017, Aidmaps

Résumé : Cet article revient sur les présentations de la CROI 2017 sur les impacts du tabac et les bienfaits de l’arrêt à la fois sur le risque de cancer, mais aussi des maladies cardiovasculaires.

SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS DE DEPISTAGES

24 - « Recours au dépistage systématique des cancers parmi les personnes vivant avec le VIH suivies à l’hôpital en France métropolitaine. Résultats de l’enquête ANRS-Vespa2, 2011 », Laure Tron, France Lert, Bruno Spire, Rosemary Dray-Spira et le groupe Vespa 2. BEH n° 5-6, février 2016

Résumé : Cette étude permet de disposer de données détaillées sur le recours au dépistage des cancers, généralisables à l’ensemble de la population séropositive au VIH et suivie à l’hôpital en France métropolitaine. Elle montre que les femmes déclarent un recours au dépistage du cancer du sein élevé, plus faible en ce qui concerne le cancer du col de l’utérus. Hommes et femmes recourent peu au dépistage du cancer colorectal. L’information pourrait être améliorée pour augmenter le recours au dépistage en impliquant médecins généralistes et gynécologues.

25 – « Cancer du col de l’utérus et dépistage… du VIH », Jean-François Laforgerie, Séronet, 25 janvier 2017

Résumé : Cet article présente les recommandations pour le dépistage du cancer de l’utérus réalisées par François Bourdillon, directeur général de Santé publique France, et Norbert Ifrah, président de l’Institut national du cancer. Et il établit un lien avec les femmes PVVIH, et l’intérêt pour elles d’un dépistage précoce.

VOUS AVEZ PARTICIPE A LA JOURNEE : VOTRE AVIS NOUS INTERESSE