Rapport d’activité 2016

L’année 2016 se caractérise d’une part avec la poursuite de nos missions de représentation des PVVIH dans les instances de recherche, auprès des institutions publiques, et face à l’industrie pharmaceutique. D’autre part avec l’émergence de nouvelles thématiques ou la montée en puissance de thématiques de travail préexistantes.
On peut citer pèle mêle pour 2016 : la montée en puissance de la prévention diversifiée (thème de nôtre journée scientifi annuelle) et notamment de la PrEP. L’ouverture d’une nouvelle thématique de réflexion, « Cancer et VIH » qui devient un sujet de préocupation de plus en plus important compte tenu de la progression de l’incidence de certains cancers chez les PVVIH. L’inertie dommageable quant à la mise enplace d’une véritable politique de réduction des risques infectieux en prison, et ce malgré les évidences scientifiques des études. Une avancée certaine du dossier concernant les soins de suite pour les PVVIH, mais nous observons la nécessité de maintenir une vigilance quant à l’aboutissement de nos demandes.Une avancée progressive et lente également quant à la possibilité de « greffes solidaires » entre PVVIH. Une préocupation de plus en plus forte pour la thématique du vieillissement des PVVIH et les mutiples questions qu’elle pose, du point de vue médical, de la prise en charge, des aspects psycho-sociaux. On remarque également que la question des ruptures de médicaments reste à l’ordre du jour, ainsi que le démontre l’actualité de début 2017 avec la rupture d’approvisionnement d’un vaccin anti hépatites B.
Au-delà, il apparaît maintenant incontournable d’intégrer les aspects médico-économiques dans nos réflexions, afin d’exercer une vigilance éthique quant aux risques de dérives qui pourraient être induites par un contexte économique difficile. Il ne s’agit pas de nier les réalités d’un sytème de santé en difficulté mais bien d’apporter notre contribution à une amélioration possible, tout en veillant au respect des droits des patients à une prise en charge de qualité.

Enfin, après une consultation interne des associations membres sur leurs attentes quant au collectif, une démarche d’optimisation du fonctionnement du groupe a été engagée. Elle comprend la mise en place de nouveaux outils permettant une meilleure circulation de l’information ainsi qu’une meilleure lisibilité des actions. Elle devra préciser encore mieux les axes de travail jugés les plus importants au regards des enjeux de la lutte contre le sida aujourd’hui.

PDF - 7.1 Mo