Communiqué de presse des collectifs CHV et TRT-5

LES HEPATITES SONT UNE PREOCCUPATION MAJEURE DE SANTE PUBLIQUE Journée nationale de lutte contre les hépatites - 25 mai 2011

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre les hépatites, le 25 mai 2011, les collectifs interassociatifs CHV et TRT-5 plaident en faveur d’une information plus largement diffusée sur les hépatites (modes de transmission, prévention, dépistage et traitement). Ils appellent à la prise en compte des besoins des personnes touchées dans le cadre d’une prise en charge globale.

En France, environ 500 000 personnes sont atteintes d’une hépatite B, C ou Delta, dont près de la moitié l’ignorent, et environ 4 000 personnes meurent chaque année des suites de ces hépatites. Malgré ces chiffres, les hépatites virales sont méconnues du grand public.

Nous réclamons plus de campagnes d’information à grande échelle sur leurs modes de transmission, leur prévention, leur dépistage et leur traitement.

LE DEPISTAGE ET LA PREVENTION.

Trop de gens ignorent qu’ils sont porteurs d’une hépatite virale. La communauté scientifique prévoit depuis plusieurs années un pic de mortalité dans les 5 à 10 ans à venir, dû à des cancers du foie liés à des hépatites chroniques B ou C, non dépistées, ou traitées à un stade avancé de la maladie : la cirrhose du foie. Nous entrons donc dans une période critique.

Nous assistons à une recrudescence de l’hépatite C chez les homosexuels masculins. En effet, l’hépatite C devient beaucoup plus contagieuse sexuellement en cas de co infection par d’autres IST : VIH, syphillis, hépatite B, herpès, gonococcie...

Nous exigeons une plus grande visibilité des hépatites dans les campagnes de dépistage et de prévention à destination du grand public et de la communauté homosexuelle.

LES VACCINS CONTRE LES HEPATITES A et B.

La vaccination contre l’hépatite A est très importante pour les personnes ayant déjà une maladie chronique du foie et/ou étant porteuses du VIH, car cela accroît les risques de mortalité.

Nous exigeons que la vaccination contre l’hépatite A soit gratuite pour les personnes les plus exposées et les plus fragiles.

La vaccination contre l’hépatite B doit être proposée systématiquement pour les nourrissons. Les sujets non-vaccinés les plus exposés sont : les préadolescents, les homosexuels masculins, les hétérosexuels à partenaires multiples, les personnes vivant avec le VIH, les toxicomanes, les migrants…

Nous demandons une communication claire et renouvelée des pouvoirs publics en faveur de la vaccination contre l’hépatite B, et la gratuité du vaccin pour tous.

LES TRAITEMENTS.

A l’heure actuelle, les traitements contre l’hépatite C connaissent une véritable révolution : de nombreuses molécules sont à des stades de développement plus ou moins avancés, et vont permettre de mieux soigner les malades dans les années à venir.

Cependant, les industriels du médicament ne développent pas ces molécules dans un contexte similaire à la « vraie vie » : les malades qui sont à un stade avancé de la maladie, les malades qui présentent des co morbidités (insuffisance cardiaque, hémophilie, diabète, alcoolisme, toxicomanie…) et/ou des co infections (VIH, hépatite B…) sont écartés des essais jusqu’à l’Autorisation de Mise sur le Marché.

Nous exigeons que l’industrie pharmaceutique inclue dès le démarrage de la phase III les malades qui en ont le plus besoin dans leurs essais sur les nouveaux traitements contre l’hépatite C, et particulièrement les personnes co infectées par le VIH, pour lesquelles l’évolution de la maladie hépatique est plus grave et rapide.

Par ailleurs, le traitement contre l’hépatite C est très lourd, et les nouvelles molécules, plus efficaces et agressives contre le virus, entraineront davantage d’effets indésirables, de la fatigue, et donc une plus grande difficulté pour les malades à gérer les prises de médicaments et les rendez-vous médicaux, tout en respectant le rythme et la durée nécessaires du traitement pour une meilleure chance de guérison. En effet les nouveaux traitements actuels (Télaprévir et Bocéprévir) doivent être pris avec le traitement standard (Interféron et Ribavirine). Pour des traitements plus légers, sans Interféron, et avec moins d’effets secondaires, il faudra attendre encore plusieurs années…

Nous réclamons une vraie prise en charge médico-sociale, disponible ET accessible pour chaque malade dès le diagnostic, incluant des programmes d’éducation thérapeutique réalisés en partenariat avec les patients ou leurs représentants.


Contacts presse

CHV - Juliette Davril : 07 77 07 51 01

TRT-5 - François Berdougo : 06 46 10 09 45

Le Collectif Hépatites Virales (CHV) est un groupe interassociatif qui rassemble dix associations de lutte contre les hépatites impliquées sur les enjeux thérapeutiques et de recherche : Actif Santé, Actions Traitements, Act Up-Paris, ARCAT, ASUD, Association Française des Hémophiles, Nova Dona, Sida Info Service/Hépatites Info Service, SOS Hépatites et Transhépate.
www.collectif-hepatites-virales.org

Le groupe interassociatif TRT-5 (Traitements et Recherche Thérapeutique dans l’infection à VIH) rassemble neuf associations de lutte contre le VIH/sida impliquées sur les enjeux thérapeutiques et de recherche : Actions Traitements, Act Up-Paris, Act Up-Sud Ouest, AIDES, ARCAT, Dessine-moi un mouton, Nova Dona, Sida Info Service et SolEnSi.
www.trt-5.org