Observatoire du New Fill : résultats

Entre 2005 et 2007, nous avons mis en place un questionnaire pour suivre l’accès au New Fill dans le cadre du remboursement. Notre objectif était de détecter d’éventuels problèmes dans l’accès au New Fill (fortes inégalités d’accès sur le territoire, délais de rendez-vous très importants, non respect des tarifs remboursés par la Sécurité sociale par les pharmaciens, dépassements d’honoraires prohibitifs de la part des médecins, injections de produit baclées etc.), afin de demander d’éventuelles améliorations auprès des autorités.

Le TRT-5 a travaillé sur le dossier New Fill dans le but de permettre aux personnes souffrant de lipoatrophies faciales d’accéder à ce produit dans de bonnes conditions. En effet, pour le TRT-5, la correction des effets indésirables des traitements antirétroviraux doit faire partie intégrante de la prise en charge médicale à laquelle a droit toute personne infectée par le VIH. Nous voulons donc que les malades, quels que soient leurs niveaux de revenus, puissent bénéficier de soins de comblement des « joues creuses » de qualité, pratiqués par des médecins expérimentés, avec des délais d’attente raisonnables. Le TRT-5 s’est particulièrement mobilisé pour la prise en charge du New Fill par la Sécurité sociale, car l’usage de ce produit chez les personnes infectées par le VIH avait été étudié dans le cadre de plusieurs essais cliniques. Après de multiples réunions, les associations du TRT-5 ont obtenu le remboursement :

  • de l’acte d’injection du New Fill : à hauteur de 62,50 euros par séance, à raison de 5 séances par cure, renouvelable en cas d’efficacité significative mais insuffisante 2 mois après la fin de la première cure ;
  • du produit New Fill : à hauteur de 295 euros le kit de 2 flacons correspondant à 1 séance.

Dans le même temps, le laboratoire commercialisant le New Fill, Sanofi-Aventis, s’est engagé à proposer des formations aux médecins souhaitant acquérir la pratique d’injection du New Fill, afin d’améliorer l’offre de soins sur tout le territoire. Malgré ces avancées, plusieurs inquiétudes demeurent :

  • Y a-t-il suffisamment de médecins pratiquant des injections de New Fill ? En ville ? A l’hôpital ?
  • Les délais d’attente pour l’obtention d’un rendez-vous sont-ils corrects ?
  • Les soins prodigués sont-ils de qualité, respectueux de la confidentialité ?
  • Comment sont facturées les séances d’injection ? Les personnes paient-elles plus que les 60 euros remboursés par la Sécurité sociale ? Si oui, combien ?
  • A quel(s) prix les pharmaciens d’officine vendent-ils le kit de New Fill ?
  • Plus généralement, y a-t-il adéquation entre les conditions de remboursement et les besoins des malades ?

Pour répondre à toutes ces questions, nous avons mis un questionnaire en ligne pendant presque 3 ans (ci-contre) ; un questionnaire concernant l’accès au New Fill dans le cadre de la prise en charge par la Sécurité sociale.

Résultats de l’observatoire

Au début 2007, nous avons analysé plus de 60 réponses au questionnaire.

Les tendances début 2007

  • En majorité, les personnes ayant répondu au questionnaire ont été informées de l’existence du New Fill et de son remboursement par leur médecin ou par la presse (y compris la presse associative).
  • Le délai pour obtenir un rendez-vous chez le médecin est généralement inférieur à 3 mois, et on ne voit pas de différence notable entre les personnes ayant recours à des médecins en ville ou à l’hôpital.
  • Dans la moitié des cas, lors de la première consultation, les personnes ayant répondu au questionnaire se sont vues proposer d’autres techniques de comblement que le New Fill par leur médecin.
  • Prix des séances d’injection : pour rappel, le tarif remboursé par la Sécurité sociale pour une séance s’élève à 62,50 euros. Si l’amplitude des tarifs appliqués par les médecins est grande (cela va de 62,50 euros à plus de 300 euros la séance !), la majorité des répondants déclare avoir payé la séance d’injection entre 100 et 150 euros. Le "reste à charge" du patient s’élève donc facilement à plus de 60 euros par séance dans une majorité des cas. Certains répondants ont réussi à faire prendre en charge ce surcoût par leur mutuelle, mais ce n’est pas systématique et... Tout le monde n’a pas de mutuelle ! En revanche, les personnes qui vont se faire soigner en hôpital de jour ne paient rien. Malheureusement, les hôpitaux proposant ce type de prise en charge sont encore trop peu nombreux en France, et des zones géographiques ne sont pas du tout couvertes en termes d’offre de soins à l’hôpital (certains DOM-TOM notamment)..
  • Pour les répondants, les cures sont effectuées majoritairement par des dermatologues et des chirurgiens plasticiens exerçant en ville (2/3) ou à l’hôpital (1/3).
  • Délivrance du New Fill vendu en pharmacie : dans la majorité des cas, les répondants n’ont rien payé à la pharmacie ce qui est normal. Le prix du kit de New Fill est à 295 euros et les personnes n’ont pas à faire l’avance des frais. De rares témoignages font hélas état de quelques "dérapages" : des pharmacies qui feraient payer le kit et y ajouteraient un surcoût par rapport au tarif remboursé par la Sécurité sociale. Cela est inacceptable. Il est très important de signaler de tels dysfonctionnements au plus vite pour qu’une information soit immédiatement ré-envoyée aux pharmaciens de la région concernée.

Post-scriptum

Lire aussi :


Images associées

  • Affiche New Fill

    Affiche New Fill

    Faites connaître le questionnaire ! Vous souhaitez informer largement les membres de votre association de l’existence du questionnaire New Fill : imprimez l’affiche New Fill et placardez-la dans votre association !

Fichiers associés