Injuste condamnation de cinq infirmières bulgares et d’un médecin palestinien

Cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien viennent d’être condamnés à mort en Lybie.

Détenus en prison depuis 7 ans déjà,

  • Christiana Malinova Valcheva
  • Valia Georgieva Cherveniashka
  • Nasia Stoitcheva Nenova
  • Valentina Manolova Siropulo
  • Snezhana Ivanova Dimitrova
  • et Ashraf Ahmad Jum’a sont accusés d’avoir délibérément contaminé plusieurs centaines d’enfants dans un hôpital de Benghazi. Pourtant, des preuves démontrent que les contaminations des enfants étaient bien antérieures à l’arrivée des soignants en Libye. Ces éléments n’ont jamais été étudiés par les représentants de la justice libyenne.

En tant que collectif luttant contre l’infection par le VIH/ Sida, contre le déni et les injustices qui contribuent à la progression de l’épidémie depuis 1992, le TRT-5 rejoint la position de Sidaction (communiqué de presse ci-après) et s’indigne de la détention et de la condamnation à mort de ces six soignants.

Complément d’information :
L’organisation Avocats Sans Frontières propose sur son site une mise au point sur le procès et des liens vers les textes publiés par des scientifiques dans la revue Nature en septembre 2006 (Editorial - Libya’s travesty : six medical workers in Libya face execution. It is not too late for scientists to speak up on their behalf).

Plusieurs pétitions en ligne proposent de soutenir les soignants condamnés, notamment sur le site abolition.fr.

PDF - 67.4 ko
Communiqué de presse de Sidaction sur la condamnation à mort des 6 soignants en Libye